Dématérialisation des titres-restaurant : 1 an après, où en est-on ?

Presque un 1 an après la parution du décret encadrant l’usage des titres-restaurant dématérialisé (TRD), nous avons voulu faire le point afin de savoir où en était la dématérialisation chez les différents émetteurs.

Si certains proposent la carte à puce classique, d’autres opposent une application mobile. Le combat entre les premiers et les seconds risquent d’être intéressant, ce qui n’est pas sans rappeler un autre duel : celui entre les cartes bancaires et les mobiles. Avantages à ceux qui dégainent le plus vite ou aux plus innovants. Entrons dans l’arène des TRD et détaillons chacune des armes.

Les supports dématérialisés

Les cartes à puce

Les cartes émises par les émetteurs de titres-restaurant sont des cartes prépayées à puce EMV, très souvent avec contrôle d’un code confidentiel.

En attendant la mise en service de la plateforme CONECS, plateforme destinée à faciliter le déploiement et la gestion du réseau des titres-restaurant, les émetteurs s’appuient sur un réseau bancaire existant (CB, Visa ou MasterCard). Les cartes se basant sur ces derniers sont dites de première génération, par opposition à celles qui consulteront le serveur d’autorisation acquéreur CONECS, appelées cartes de seconde génération.

Carte de 1ère génération

Ces cartes à puce s’appuient sur un réseau bancaire existant (CB, Visa, MasterCard). Cela a l’avantage de limiter les coûts, puisque tout est déjà en place ; tout en profitant de la large acceptation de ces réseaux. L’acceptation de ces cartes titres-restaurant est donc totalement transparente pour le commerçant. En revanche, les commissions interbancaires de paiement ne sont pas négligeables pour les commerçants, quand bien même elles sont nettement inférieures à celles des papiers titres-restaurant. De plus, les paiements réalisés par ces cartes sont mélangés avec les paiements du réseau utilisé, ce qui n’est pas pour faciliter la gestion de compte du commerçant.

Les transactions réalisées via ces cartes sont systématiquement on-line (appel de l’émetteur). Le terminal appellera donc le serveur d’autorisation de sa banque acquéreur (SAA) qui acheminera l’autorisation, via le réseau bancaire susmentionné, vers le serveur d’autorisation de l’émetteur du titre-restaurant (SAE). Ce dernier contrôlera notamment :

  • la solvabilité du compte ;
  • le plafond journalier : fixé à 19 euros par décret ;
  • le jour : interdiction de payer les weekends et jours fériés, sauf dérogation ;
  • la non-mise en opposition de la carte
  • etc.
Autorisation pour les cartes non CONECS
Autorisation pour les cartes non CONECS

Régulièrement, le TPE effectuera sa télécollecte auprès de sa banque acquéreur qui le règlera en retour. L’acquéreur enverra ensuite les opérations à l’émetteur de titres-restaurant afin de se faire rembourser (compensation).

Télécollecte des opérations non CONECS
Télécollecte des opérations non CONECS

Carte de 2nde génération

Les cartes de 2nde génération, également à autorisation systématique, seront affiliées au réseau CONECS. CONECS est une plateforme construite à l’initiative des 4 émetteurs historiques (CONECS pour : CO Natixis Edenred Chèque Déjeuner, Sodexo). Pour bénéficier de l’acceptation de ces nouvelles cartes, la Centrale de Règlement des Titres et CONECS enverront aux commerçants, par courrier, une carte de domiciliation contenant toutes les informations afin de mettre à jour leur terminal de paiement.

Note : Chaque émetteur de cartes de 2nde génération disposera d’un BIN (les 6 premiers chiffres du numéro de la carte) spécifique, ainsi que d’un AID (identifiant de l’application bancaire spécifique (RID propre à CONECS et PIX spécifique aux émetteurs)).

Concrètement, les transactions réalisées via ces cartes appelleront le SAA CONECS qui véhiculera la demande d’autorisation vers le SAE de l’émetteur. CONECS offrira ainsi plusieurs avantages aux émetteurs dont les plus notables :

  • frais plus faibles ;
  • gestion plus simple de la comptabilité des titres-restaurant. En effet, lors de la télécollecte, le commerçant aura un compte-rendu spécifique CONECS avec une ventilation par émetteur.

Note : après, un premier pilote à Orléans plutôt positif, ces cartes devraient faire leur apparition vers juillet 2015.

Autorisation pour les cartes CONECS
Autorisation pour les cartes CONECS

Régulièrement, le TPE effectuera sa télécollecte auprès de la plateforme CONECS qui les classera par marques de titres-restaurant et les acheminera aux émetteurs. Ces derniers rembourseront directement le commerçant.

Télécollecte des opérations CONECS
Télécollecte des opérations CONECS

Cartes sans contact

Ces cartes, qu’elles soient de 1ère ou de 2nde génération, peuvent être dotées d’une antenne NFC permettant à leur titulaire de payer en la posant simplement sur le terminal.

Les mobiles

À l’instar des cartes titres-restaurant, les applications mobiles permettent de se sustenter. En revanche, l’acquisition des données diffère puisqu’il n’y a pas de puce. La gestion du paiement mobile s’effectue selon un mode on-line ou off-line.

Mode off-line

Ce mode signifie que le terminal n’appellera pas nécessairement le SAE. Il est principalement utilisé lors d’une acquisition « automatique » des données du titre-restaurant. Les 2 méthodes d’acquisition les plus employées sont les technologies :

  • NFC : comme pour la carte titre-restaurant sans contact
  • QR code : l’application génère un code barre 2D et le commerçant scanne le code afin d’initier le paiement.

Les contrôles sont effectués par l’application. Cette dernière ne génèrera les données à acquérir par le terminal que s’ils sont positifs. Lesdites données forment ce que l’on appelle l’ordre de règlement.

Paiement mobile offline TRD
Paiement mobile offline TRD

Mode on-line

Dans ce mode, le terminal appelle systématiquement le SAE. Comme dans le mode off-line, l’application effectue les contrôles en lieu et place du SAE. Mais en on-line, l’application ne génère qu’un identifiant de transaction. Cet identifiant peut être communiqué verbalement au commerçant ou en sans-contact. Lorsque le terminal a connaissance de l’identifiant, il appellera le serveur de l’émetteur via internet qui communiquera en retour l’ordre de transaction.

Bien sûr, ces applications embarquent généralement d’autres services comme la gestion de la fidélité, l’indication du solde restant, la localisation des restaurateurs acceptant les titres-restaurant, etc.

Paiement mobile online TRD
Paiement mobile online TRD

Note : chez certains émetteurs, une application mobile vient en complément de la carte. Elle offre les mêmes services, le paiement en moins. Il s’agit essentiellement d’un compagnon.

Le processus de télécollecte est identique dans les deux modes. Régulièrement, le TPE effectuera sa télécollecte auprès de la plateforme CONECS qui acheminera les opérations à l’émetteur de titres-restaurant. Ces dernier remboursera directement le commerçant.

Telecollecte mobile TRD
Telecollecte mobile TRD

Les solutions proposées par les émetteurs

Tout d’abord, depuis l’année dernière, 2 nouveaux émetteurs sont venus se tailler la part du lion d’un marché de plus de 5 milliards d’euros.

  • Digibon
  • Crédit Mutuel – CIC

Au total, ce juteux marché est donc disputé entre 8 émetteurs. Voyons maintenant les solutions dématérialisées que proposent chacun des émetteurs depuis la parution du décret il y a 1 an.

Edenred

Edenred propose une carte prépayée MasterCard (Ticket Restaurant), dotée de la technologie sans-contact, depuis le 02/04/2014 ainsi qu’une application mobile disponible sur les plateformes App Store et Google Play. Les principales fonctionnalités proposées sont :

  • affichage des commerçants acceptant la carte
  • consultation du solde réel du compte
  • consultation des transactions

Edenred envisage par ailleurs d’étoffer son application mobile avec une fonction de paiement via le NFC (SIM-centric) en partenariat avec Orange et MasterCard. La solution est en phase d’expérimentation depuis le mois de janvier.

Chèque Déjeuner

Chèque Déjeuner propose une carte prépayée MasterCard (Chèque Déjeuner), sans contact, depuis le 02/04/2014, ainsi qu’une application mobile permettant le paiement par QR code. L’application est disponible sur App Store et sur Google Play.

Sodexo Avantages

Sodexo Avantages propose une carte prépayée CB (Pass Restaurant), également sans contact, depuis le 10/02/2015. Pour mettre en place cette carte, Sodexo s’est appuyé sur l’expertise de Prosodie-Capgemini qui gère également le SAE.

Natixis Intertitres

Natixis Intertitres propose une carte prépayée Visa (Apetiz), sans contact, depuis le 02/04/2014, et est sur le point de lancer une application mobile Apetiz sans fonction de paiement, disponible sur App Store et Google Play. Un prochain article illustrera le fonctionnement de l’application.

Moneo Applicam

Moneo Applicam propose une carte prépayée MasterCard (Moneo Resto), ne disposant pas de la fonction sans-contact, depuis le 01/01/2013 ainsi qu’une application mobile sans fonction de paiement, disponible sur les plateformes App Store, Google Play, BlackBerry et Windows Phone.

Octoplus

Octoplus propose depuis juin 2012 une application mobile Resto Flash permettant le paiement par QR Code. Cette application est disponible sur App Store et Google Play.

Digibon

Digibon propose une carte prépayée MasterCard (lunchbonCard), sans contact,  ainsi qu’une application mobile sans fonction de paiement.

Crédit Mutuel – CIC

Le Crédit Mutuel-CIC propose une carte prépayée MasterCard (Monetico Resto), ne disposant pas de la fonction sans-contact, depuis le 15/04/2014, ainsi qu’une application mobile M resto, sans fonction de paiement, disponible sur les plateformes App Store et Google Play.

Synthese des offres
Synthèse des offres

Ce marché est relativement jeune et dynamique. D’autres nouveautés risquent donc d’arriver comme par exemple l’affichage du solde restant sur la facturette et la gestion de l’autorisation partielle. Rendez-vous dans un an (ou avant) pour un autre point.

2 commentaires à propos de “Dématérialisation des titres-restaurant : 1 an après, où en est-on ?

  1. Si je résumé, on passe d’un système de télécollecte unique, où l’acquéreur crédite automatiquement les paiements, à un système où chaque prestataire paye (par virement ?) le restaurateur quand bon lui semble ?

    • Bonjour Manuel,

      L’évolution dont vous parlez est la migration de la 1ère génération vers la 2nde génération. Dans le 1er cas, c’est effectivement l’acquéreur bancaire qui crédite le commerçant/restaurateur. Dans le 2nd cas, c’est l’émetteur de titres-restaurant qui crédit le commerçant/restaurateur(souvent par virement pour des questions de simplicité). Cela a pour avantage d’être de ne pas dépendre des commissions bancaires.
      À noter que tous les émetteurs titres-restaurants ne sont pas concernés par cette migration…
      Cordialement,
      Kévin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*