Accord franco-allemand : un premier pas vers le SEPA de la carte à puce

Mercredi 8 avril, les systèmes de paiement par carte en France et en Allemagne ont annoncé un accord qui fera date en monétique avec le lancement d’un standard commun pour les systèmes d’acquisition de paiement.

Avant-hier, le GIE CB (France) et le Girocard (Allemagne) ont, en effet, adopté les nouvelles normes proposées par le consortium OSCar (Open Standards for Cards) en matière de systèmes d’acquisition de paiement dont les Terminaux de Paiement Électronique (TPE). Le standard s’appuie sur les spécifications techniques EPAS (ISO20022) et SEPA-FAST.

Note : OSCar a été lancé en 2010 pour démontrer la faisabilité technique d’une Europe de la carte à puce, en définissant des spécifications communes pour le développement de TPE et autres systèmes d’acquisition et imposer une méthodologie de certification identique. Aujourd’hui, ce consortium est composé de membres tels que des réseaux domestiques (CB, Girocard), internationaux (MasterCard, Visa, CUP, etc.), des banques, des usines de paiements, des industriels (Ingenico, Verifone, Wincor-Nixdorf, etc.), des certificateurs (Elitt, PayCert), des opérateurs de services (Monext, Atos Worldline, Equens) et bien d’autres acteurs de la monétique en Europe.

Concrètement, cet accord permet l’homogénéisation des réglementations entre la France et l’Allemagne sur les systèmes d’acquisition par le partage d’exigences communes (sécurité physique, logicielle, etc.) et la fluidification des processus de certification aboutissant à la mise en place d’une certification unique partagée. En clair, un TPE certifié par un laboratoire agréé en Allemagne le sera automatiquement en France (et inversement), rendant ainsi plus aisé le déploiement de ce nouveau modèle.

Avec cette première en Europe, l’objectif assumé est de favoriser le déploiement de nouveaux services et technologies et notamment le sans-contact (sujet clairement d’actualité). Cet accord concerne donc en priorité les industriels (fabricants de TPE, etc.), les banques acquéreur et les commerçants avec, à la clé, des économies d’échelle et une réduction du time to market.

Cette nouvelle fait suite à plus de 10 ans de coopération européenne dans le domaine des moyens de paiement, qui a notamment abouti à la mise en place du SEPA et d’opérations de prélèvements et de virements à l’échelle européenne. À quand le SEPA de la carte ? La porte est grande ouverte pour les autres acteurs européens !

Source :

0 Replies to “Accord franco-allemand : un premier pas vers le SEPA de la carte à puce”

  1. Cette information est très interesante, croyez-vous que ce communiqué avec les nouvelles recentes dans le project de loi MIF (approuve recemment par le EC) où on indique le besoin que tous les processeurs de l’union soit techniquement interoperables (et la demande au EPC/EBA de creer un standard) vont finalement relacer le ISO20022 ailleurs que en France et Allemagne?

    • Bonjour Francesc,

      Effectivement, cela s’inscrit dans une politique d’homogénéisation des normes en Europe, s’appuyant notamment sur l’ISO 20022. Les opérations SEPA de virement et de prélèvement ont déjà exploité cette voie (SCT et SDD).

      Avec le projet OSCar, les acteurs européens poursuivent le travail engagé depuis 2010 en élargissant le périmètre de normes communes aux intéractions entre un TPE et une carte (norme SEPA-FAST par le CIR TWG) et entre un TPE et un système d’acceptation (norme EPAS ISO 20022).

      Tout porte à croire que le Portugal et l’Espagne vont se joindre rapidement à la France et l’Allemagne puisque des expérimentations y ont été menées récemment. A suivre…

      Jérémy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*