Stabilisation de la fraude en France en 2014

Jeudi 9 juillet, l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement a publié son rapport relatif à l’année 2014. Dans l’ensemble, les taux de fraude identifiés sont stables ou en légère baisse pour des montants globalement en hausse. Le taux de fraude sur les transactions domestiques (émetteur et acquéreur français) a même légèrement baissé à 0,043 % (contre 0,046 % en 2013). Une première depuis l’instauration de ces indicateurs en 2003 par l’Observatoire.

Chaque année, l’Observatoire recueille, compile et publie les chiffres liés à la fraude des cartes bancaires en France. Cela inclut aussi bien la fraude subit en France ou à l’étranger par des cartes émises en France mais aussi la fraude subie par les acquéreurs en France. L’ensemble de ces chiffres et leur décomposition sur plusieurs axes (type de transaction, type de carte et région géographique) permettent d’avoir une idée précise des transactions les plus sujettes à la fraude et cibler là où les efforts doivent être les plus importants pour réduire la fraude dans les années à venir.

Pour une meilleure lecture de ces chiffres, nous avons choisi de présenter l’évolution de ces statistiques par rapport à l’année précédente (2013) par le code couleur suivant :

fraude_france_2014_legende

La fraude sur les cartes françaises

Ce type de fraude porte sur l’utilisation des cartes françaises (émises en France) en France ou à l’étranger.

fraude_france_2014_cartes_francaisesA retenir :

  • La fraude des cartes françaises se stabilise à 0,069 % après 3 ans de hausse continue (en 2010, ce taux était de 0,057 %).

La fraude sur les systèmes français

Ce type de fraude porte sur :

  • toute transaction effectuée, en France ou à l’étranger, avec des cartes françaises (émises en France)
  • toute transaction acquise par les acquéreurs français (l’émetteur peut être une banque française ou étrangère)

fraude_france_2014_systeme_francaisA retenir :

  • Le taux de fraude de 0,080 % est stable depuis 3 années.

La fraude par type de carte

Les chiffres de la fraude sur les systèmes français peuvent être décomposés par type de carte :

  • carte de type interbancaire : la carte est utilisable chez plusieurs établissements bancaires
  • carte de type privatif : au sens où seul l’émetteur de la carte (et ses partenaires) est en mesure d’accepter des paiements

fraude_france_2014_type_carte

A retenir :

  • La fraude sur les cartes interbancaires représente 97 % de la fraude en France.

La fraude par région géographique

Les chiffres de la fraude sur les systèmes français peuvent être décomposés par région géographique :

  • domestique : l’émetteur et l’acquéreur sont en France
  • internationale : l’émetteur et l’acquéreur ne sont pas dans la même zone géographique ; l’un est à l’étranger (en dehors de la France) et l’autre en France

fraude_france_2014_region_geographique

A retenir :

  • La fraude internationale représente 53 % de la fraude alors qu’elle ne constitue que 13 % du montant total des transactions.

Focus sur la fraude domestique

Les chiffres de la fraude domestique peuvent être décomposés par type de transaction :

  • Paiement : opération de paiement effectuée en proximité (TPE), sur un automate (GAB, DAC, etc.) ou à distance (courrier, téléphone, internet, etc.)
  • Retrait : opération de retrait effectuée sur un automate bancaire (GAB/DAB)

fraude_france_2014_fraude_domestique

A retenir :

  • Les taux de fraude relatifs aux paiements et aux retraits sont du même ordre de grandeur.
  • La part la plus importante de la fraude domestique est générée par les paiements à distance et essentiellement par le canal « internet » (153 millions d’euros). La fraude sur les paiements à distance représente ainsi 66 % de la fraude domestique alors qu’elle ne constitue que 12 % du montant total des transactions domestiques.
  • Le taux de fraude sur les paiements de proximité et sur automate est très faible (0,010 %), malgré le fait qu’il représente le plus important volume de transactions (380 milliards d’euros).

Focus sur la fraude internationale

Les chiffres de la fraude internationale peuvent être décomposés par localisation des différents acteurs :

  • carte française utilisée à l’étranger hors de la zone SEPA
  • carte française utilisée à l’étranger dans la zone SEPA
  • carte étrangère hors de la zone SEPA utilisée en France
  • carte étrangère de la zone SEPA utilisée en France

fraude_france_2014_fraude_internationale

A retenir :

  • Le taux de fraude pour les cartes françaises utilisées à l’étranger, hors zone SEPA, est le plus élevé et culmine à 0,636 % en diminution depuis 2 ans (ce taux était de 0,759 % en 2012).

L’origine de la fraude en France

fraude_france_2014_origineA retenir :

  • La fraude en France a 2 causes principales :
    • la perte ou le vol de la carte
    • l’usurpation du numéro de la carte
  • De longue date, la fraude par contrefaçon est anecdotique en France grâce à l’adoption massive et précoce de la puce puis du standard EMV. Ce n’est pas le cas hors de la zone EMV et notamment aux États-Unis où la migration EMV est en cours (premier jalon en octobre 2015). Il sera intéressant de suivre l’évolution de la fraude liée aux États-Unis après l’adoption d’EMV et de ses possibles répercutions ailleurs et notamment en France.

Fraude en hausse et taux stable, comment est-ce possible ?

Le taux de fraude (TF) est calculé simplement en divisant le montant des transactions frauduleuses (Mtf) par le montant total des transactions (Mtt).

Calcul du taux de fraude
Calcul du taux de fraude

Ainsi, une augmentation « dans les mêmes proportions » de la fraude (Mtf) et du montant total (Mtt) conduit à conserver un taux de fraude (TF) identique. C’est ce qui se passe principalement aujourd’hui.

A noter que tous les cas sont possibles, on peut même constater une augmentation du taux de fraude (TF) tout en ayant une baisse du montant de la fraude (Mtf) et l’exact inverse est aussi possible. Conclusion, suivant le message à faire passer, on insistera sur le chiffre qui baisse : taux (TF), montant (Mtf) ou les 2… Tout est affaire de communication !

0 commentaires à propos de “Stabilisation de la fraude en France en 2014

  1. Salut Jérémy,
    merci pour ces infos ô combien interessantes. Cependant, pour le calcul de l’indicateur « taux de fraude » ne serait il pas plus parlant de prendre le rapport nombre de transactions frauduleuses par le nombre total des transactions, comme ça la variation due à la fluctuation du pouvoir d’achat et donc du volume d’argent ne vient pas biaiser l’information recherchée !

    Amar

    • Bonjour Amar,

      Merci pour votre message.

      Effectivement, ce type d’indicateur sur la volumétrie des transactions frauduleuses serait très intéressant. Il permettrait d’analyser la fraude avec un éclairage différent.

      Malheureusement et sauf erreur de ma part, l’Observatoire n’a pas communiqué ce type d’information. Je poursuis mes recherches au cas où…

      Jérémy

      • Bonjour,
        Concernant le taux de fraude, son calcul en valeur s’explique par le fait qu’il s’agit d’un indicateur de risque pour le système de paiement et pour ses participants (les banques) qui au final sont ceux qui supportent la fraude.
        Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*