Lancement d’Android Pay aux Etats-Unis

On l’attendait pour le 26 août (en atteste la fameuse histoire des mémos internes chez McDonald’s et Subway), finalement, après de nombreuses rumeurs et pré-annonces, Google a lancé son service Android Pay aux États-Unis ce jeudi 10 septembre 2015. Il va ainsi permettre à ses utilisateurs d’effectuer des paiements sans contact avec leur smartphone. Au revoir Google Wallet et bienvenue à Android Pay !

Déjà présent sur ce marché du paiement mobile depuis 2011, Google n’avait pas rencontré un vif succès avec son service Google Wallet. La principale cause en était les longues discussions avec chaque opérateur téléphonique. L’arrivée de nouvelles technologies comme le HCE permet à Google (et aux autres acteurs : Apple, Samsung, etc.) d’offrir ce type de service tout en passant outre les accords avec les opérateurs. Google réactualise ainsi son offre et lance Android Pay aux États-Unis. Nul doute que le succès sera au rendez-vous et le service déployé mondialement.

Qui peut utiliser ce service ?

Plusieurs conditions sont requises avant de pouvoir utiliser ce service :

  • posséder un smartphone (quel que soit sa marque) sous une version Android 4.4 (KitKat), a minima et qu’il possède la technologie NFC ;
  • avoir un compte et une carte bancaire (de crédit ou de débit) dans l’un des établissements bancaires américains partenaires (cf. liste actualisée ci-dessous) et affiliée à l’un des 4 grands réseaux présents aux États-Unis : American Express, Discover, MasterCard et Visa.

Les banques participantes sont aujourd’hui en petit nombre au regard des 500 banques qui participent au service Apple Pay :

  • Bank of America
  • Citi
  • Navy Federal Credit Union
  • PNC
  • Regions Bank
  • USAA
  • U.S. Bank
  • Wells Fargo

Le partenariat avec Capital One est prévu très prochainement.

Où payer ?

Chez tout commerçant US possédant un TPE NFC. Ce service est donc dès à présent utilisable chez plus d’un million de commerces aux États-Unis.

Fonctionnement

Concrètement, l’utilisateur, répondant aux conditions d’éligibilité, télécharge la nouvelle application Android Pay (celle-ci n’est aujourd’hui disponible que sur le store américain). Il appuie ensuite sur le bouton « + » pour ajouter une nouvelle carte. L’application lui offre 2 possibilités pour saisir les informations nécessaires : une prise en photo de sa carte bancaire physique pour saisir automatiquement ou l’affichage des formulaires pour une saisie manuelle. Et c’est fini, le service est utilisable !

Lorsque l’utilisateur souhaite effectuer un paiement chez un commerçant, il déverrouille son smartphone et l’approche du TPE (pas besoin d’ouvrir l’application Android Pay). Il confirme le paiement en tapant un code (dépend du type de carte : spécifique à Android Pay ou code PIN de la carte bancaire).

A noter que si plusieurs cartes bancaires ont été ajoutées, l’application demande confirmation de la carte à utiliser au moment du paiement.

Le service fonctionne chez les commerçants en paiement de proximité. Google annonce l’extension du service aux transactions réalisées via des applications mobiles (in-app payments) dans les prochains mois.

D’un point de vue sécurité, Google suit les standards actuels. En effet, lors du paiement, Android Pay ne communique pas le numéro de la carte bancaire mais transmet un jeton (token) à usage unique. Google exploite ainsi les technologies HCE et la tokenisation (ici et pour plus d’informations).

Commissions

Selon le Wall Street Journal, aucune commission ne serait prélevée par Google lors de la réalisation de transactions. Au contraire de Apple, qui a réussi à négocier des commissions très avantageuses (0.15 % du montant d’une transaction par carte de crédit, commission fixe de 0.005 $ pour une transaction par carte de débit), Google n’a semble-t-il pas réussi ou souhaité faire plier les acteurs bancaires américains avec la même « réussite » que son concurrent. Le modèle économique est donc différent de celui mis en place par la firme de Cupertino.

Les concurrents d’Android Pay aux États-Unis

Apple a lancé son service Apple Pay le 9 septembre 2014 (presque 1 an jour pour jour avant Google…) aux États-Unis et depuis le 14 juillet 2015 au Royaume-Uni.

Samsung fonde beaucoup d’espoir sur son service Samsung Pay puisque ce dernier exploite 2 technologies différentes (MST et NFC) au contraire des solutions de Apple et de Google. Cela devrait permettre à la firme coréenne d’avoir, dès son lancement, une longueur d’avance sur le territoire américain. Phase pilote en cours en Corée du Sud depuis le 16 juillet 2015. Lancement prévu aux États-Unis le 28 septembre 2015 (dans quelques jours).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*