Samsung Pay officiellement aux États-Unis

Seulement quelques jours après Google, Samsung a lancé lundi 28 septembre 2015 son propre service de paiement mobile aux États-Unis : Samsung Pay. Ce lancement était attendu et fait suite au démarrage en Corée du Sud depuis le 20 août 2015 (consécutif à la phase pilote menée cet été). Après 1 mois d’activité, plus de 1,5 millions de transactions ont été effectuées pour un montant total dépassant les 30 millions de dollars. Contrairement à ses concurrents Apple et Google, Samsung a opté pour l’utilisation de 2 technologies distinctes lui permettant de cibler, d’entrée de jeu, l’ensemble d’un marché américain en pleine mutation et migration.

Qui peut utiliser ce service ?

Plusieurs conditions sont requises avant de pouvoir utiliser ce service :

  • posséder un smartphone Samsung de type Galaxy S6, S6 Edge, S6 Edge + ou Note5 ;
  • avoir un compte et une carte bancaire (de crédit ou de débit) dans l’un des établissements bancaires américains partenaires (cf. liste actualisée ci-dessous) et affiliée à l’un des 3 réseaux suivants : American Express, MasterCard et Visa. Aucune information n’a été communiquée au sujet de Discover.
  • être pourvu d’un compte (pas bancaire…) chez Samsung ;
  • avoir enregistré son empreinte digitale ou un code PIN auprès de Samsung.

Les banques participantes sont :

  • Bank of America
  • Citi
  • U.S. Bank
  • Synchrony Financial

D’autres partenariats sont prévus dans les semaines à venir.

Où payer aux États-Unis ?

Quasiment chez tout commerçant US qu’il possède un TPE NFC ou non. En effet, Samsung exploite une technologie lui permettant de fonctionner, aux États-Unis, avec les TPE d’ancienne génération. A noter qu’il n’est pas possible d’effectuer de transaction là où l’insertion de la carte est nécessaire : ni paiement dans ce type de TPE, ni de retrait.

C’est ici que se trouve le principal avantage de Samsung Pay par rapport à ses concurrents puisque l’utilisation d’une double technologie (NFC et MST) lui permet de couvrir la quasi-totalité des points de ventes dès aujourd’hui.

Fonctionnement

Le fonctionnement du service Samsung Pay est similaire à celui de ses concurrents. L’utilisateur éligible (cf. ci-dessus les différentes conditions) enregistre les informations liées à sa carte bancaire, choisit un code PIN et enregistre son empreinte digitale. Au moment du paiement, il confirme la transaction en s’authentifiant en passant son doigt sur le lecteur d’empreinte biométrique.

Sans surprise, Samsung Pay ne communique jamais le numéro de la carte bancaire de l’utilisateur mais un jeton à usage unique (token). Samsung exploite ainsi les technologies HCE et la tokenisation (ici et pour plus d’informations).

La coexistence de Samsung Pay et Android Pay est a priori possible. A voir dans la pratique comment se comportent les applications et laquelle aura la préférence des utilisateurs.

Impacts de la migration EMV sur Samsung Pay

Aujourd’hui et au contraire de ses concurrents, Samsung joue sur 2 tableaux avec un seul et même service :

La technologie MST permet d’émuler une carte à piste magnétique et ainsi de payer en approchant simplement son téléphone du lecteur de piste du TPE. Aux États-Unis, le paiement par carte à piste (swipe-and-sign) est jusqu’à présent incontournable mais il est en voie de disparition du fait du lancement à grande échelle de la migration EMV (chip-and-pin). Ainsi, à partir du 1er octobre 2015 (c’est après-demain !), la réglementation américaine évolue et un transfert de responsabilité va s’opérer (liability shift). L’objectif est de favoriser et d’imposer la norme EMV et donc bannir les paiements utilisant la piste. Or c’est précisément sur ce type de transaction que réside la raison d’être de la technologie MST.

L’avantage actuel de Samsung provient de l’exploitation de 2 technologies différentes permettant de s’adapter à toutes les situations que les consommateurs peuvent rencontrer aujourd’hui. Samsung répond donc au présent quand Apple et Google se sont tournés vers l’avenir (probablement à raison car seul le marché américain est concerné ici…). Cet avantage va néanmoins se résorber à court terme du fait de la migration EMV en cours aux États-Unis. Bientôt toutes les cartes seront à puce et les TPE EMV compliant. Ce n’est pas une surprise mais cela veut dire que l’utilisation de la technologie MST va disparaître au fur et à mesure de l’avancement de cette migration. Car bien que le liability shift ait été fixé au 1er octobre, nul ne doute que les paiements en piste vont se poursuivre pendant des semaines voire des années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*