Début de l’aventure entre Apple Pay et la France

Un an après le lancement du service de paiement mobile Apple Pay au Royaume-Uni, Apple a enfin lancé son service en France ce 19 juillet. La France est ainsi le 8ème pays à rejoindre le monde Apple Pay, devancée de peu par la Suisse où le service est opérationnel depuis le 7 juillet dernier. Une nouvelle qui s’est fait attendre pendant bien longtemps et qui est somme toute assez décevante de par le nombre réduit de partenariats, tout comme en Suisse par ailleurs.

Les partenaires

Seulement 4 banques en France (dont les 2 représentants du groupe BPCE) sont aujourd’hui partenaires et peuvent ainsi proposer Apple Pay à leurs porteurs :

  • Banque Populaire (cartes Visa uniquement)
  • Caisse d’Épargne (cartes Visa uniquement)
  • Carrefour Banque (cartes MasterCard uniquement)
  • Edenred (cartes Ticket Restaurant)

Contrairement aux précédents lancements d’Apple Pay dans le monde, nulle trace ici d’un partenariat avec American Express.

Côté pratique

Les « heureux élus », qui doivent également posséder un iPhone SE, 6, 6 Plus à jour (et modèle ultérieur) ou un iPad Pro, iPad Air 2, iPad mini 3 (et modèle ultérieur), peuvent dès aujourd’hui effectuer des transactions chez tout commerçant acceptant les paiements sans contact (environ 400 000 points de vente compatibles à ce jour). Le service fonctionne également avec l’Apple Watch.

Côté pratique, aucune application n’est à télécharger, rendez-vous dans votre wallet et sur cette page du site d’Apple : « Configurer Apple Pay sur votre iPhone, iPad ou Apple Watch« .

La concurrence

Depuis octobre 2015, Orange propose son service de paiement mobile Orange Cash mais uniquement sur les plateformes Android et Windows. Orange a déjà annoncé la prochaine intégration d’Apple Pay à son service Orange Cash pour adresser l’ensemble des plateformes et donc de ses clients.

Par ailleurs, toujours peu de nouvelles officielles des services concurrents Android Pay et Samsung Pay. Stand-by sur la France…

Ce lancement était attendu de longue date en France mais déçoit très clairement par rapport au nombre de partenariats signés avec les institutions bancaires (mention spéciale toutefois au groupe BPCE qui sauve ainsi la mise). Après plus d’un an de rumeurs et de négociations, on aurait pu s’attendre à ce qu’Apple ouvre massivement son service dès le lancement. Ce n’est malheureusement pas le cas ici mais gageons que le déploiement sera rapide.

0 Replies to “Début de l’aventure entre Apple Pay et la France”

  1. Rétroliens : Lancement d’Apple Pay en France, simple annonce ou date clé pour le paiement mobile sans contact | Avec ou Sans Contact

  2. J’ai une petite question concernant la responsabilité des acteurs en cas de fraude :

    Les conditions de paiement sont en partie stockées dans la puce de la carte (nombre de transaction ou montant max pour une demande d’auto ou pour entrer le code PIN dans le cas du sans contact) et varient selon le type de carte ou la banque. Or comment sont elles appliquées par Apple Pay ? Qu’en est-il si la carte est bloquée par la banque mais qu’un fraudeur l’utilise via son e-wallet ?

    Un petit exemple en admettant que la carte (volée) soit utilisée par un fraudeur sur son e-wallet :
    – la carte n’autorise que 3 transactions sans contact sans demander le code PIN
    – Apple Pay en autorise 5 (supposition)

    ==> qui est responsable pour les deux transactions qui n’auraient pas pu être réalisées avec seulement le support carte ?

    • Bonjour,

      Le process de paiement via Apple Pay est différent de celui-ci d’un paiement sans-contact.

      A savoir pour Apple Pay :
      – Apple Pay demande systématiquement l’authentification du porteur (saisie d’un code ou, de préférence, lecture de l’empreinte digitale via touchID), quel que soit le montant de la transaction.
      – Une demande d’autorisation est toujours transmise à la banque du porteur.

      Au contraire, lors d’un paiement sans-contact, aucune saisie de code PIN n’est exigée et la demande d’autorisation n’est pas systématique.

      En cas de perte ou de vol du téléphone, le porteur peut désactiver le service Apple Pay via icloud.com. Nul besoin de mettre sa carte en opposition car les données carte ne sont pas présentes sur le téléphone (tokenisation). C’est en cela qu’Apple affirme que son service est plus sécurisé qu’un paiement de proximité (avec ou sans-contact d’ailleurs car le numéro de carte n’est pas communiqué au commerçant).

      Dans le cas où un voleur subtilise le téléphone et le code Apple Pay, il en va de la responsabilité de l’utilisateur de déclarer le vol et de désactiver le service Apple Pay au plus vite. Je ne vois pas où la responsabilité de Apple pourrait être ici engagée.

      Jérémy

      • Bonjour et merci de votre réponse.
        Êtes-vous sûr qu’il y a une demande d’autorisation systématique auprès de la banque émetteur ? Le paiement par NFC a pour principe d’accélérer l’étape de paiement, et de ne pas faire une demande d’auto à chaque transaction.
        Je comprends bien ensuite que quand il y a une demande d’autorisation, aucune transaction ne peut être effectuée si la fraude est détectée, mais qu’en est-il des transactions offline ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*