Instant Payments

Vous avez certainement déjà entendu parler des instant payments. Si ce n’est pas le cas, pas de panique ! Nous vous livrons tout ce qu’il faut savoir.

Au début, ce billet n’aurait pas dû exister puisque les instant payments ne font pas partie du domaine de la monétique à proprement parler. Mais comme vous étiez nombreux à nous le demander, on s’est finalement décidés à y consacrer un article. Preuve que vos mails sont pris en compte ! N’hésitez donc pas à nous écrire ;-).

Que sont les instant payments ?

Selon le Conseil des paiements de masse en euro (Euro Retail Payments Board ou  ERPB), les instant payments – ou paiements instantanés (voire virements instantanés), dans la langue de Molière – sont des solutions de paiement de détail électronique hautement disponibles (24 heures sur 24 et 7 jours sur 7) qui consistent en la compensation interbancaire quasi-immédiate d’une transaction, porté au crédit du compte du bénéficiaire, après une confirmation préalable du payeur.

Autrement dit, il s’agit d’offrir la possibilité aux utilisateurs d’échanger électroniquement et instantanément des fonds en vue d’une réutilisation immédiate, comment cela est le cas avec les espèces.

Pourquoi en parle-t-on maintenant ?

Tout d’abord, les instant payments ne sont pas une nouveauté. Ils existent déjà dans certains pays comme au Japon dès 1973 (Japanese Zengin System), au Royaume-Uni dès 2008 (Faster Payment Service), mais aussi au Brésil, au Mexique, en Pologne, en Suède, en Chine, en Inde, etc. En revanche, jusqu’à maintenant il s’agissait d’initiative nationale, chacune avec ces particularités. La nouveauté est que cette fois, il est question d’aller au-delà des frontières en dotant l’Europe d’un moyen de paiement instantané.

Tout a commencé en novembre 2015 avec l’annonce de la Banque centrale européenne (BCE) d’une requête émanant du Conseil des paiements de masse en euro (Euro Retail Payments Board ou  ERPB) invitant le Conseil des paiements européens (European Payments Council ou EPC) à élaborer un moyen de paiement paneuropéen instantané. Un an après, en novembre 2016, l’EPC a créé le SEPA Instant Credit Transfer scheme, également connu sous le nom de « SCT Inst ».

Quelles sont ses caractéristiques ?

Le cahier des charges est très simple. Il s’agit d’un virement qui doit respecter les caractéristiques suivantes :

  • plafonnement à 15 000 euros ;
  • rapidité : porté sur le compte du payé dans un délai de 10 secondes maximum ;
  • haute-disponibilité : 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ;
  • irrévocabilité ;
  • européen : le virement doit être possible quelles que soient les localisations du porteur et de l’accepteur (à la condition que les comptes soient localisés dans la zone SEPA) ;

Ils constituent donc une prochaine étape de l’harmonisation des paiements, qui a déjà vu l’apparition du SEPA Credit Transfer, et du SEPA Debit Transfer dans la zone SEPA, il y a quelques années déjà.

Comment l’interbancarité européenne sera instaurée ?

Comme l’infrastructure des virements étaient déjà en place grâce aux virements SEPA (SEPA Credit Transfer), l’EPC a décidé d’utiliser les comptes (en lieu et place des numéros de cartes bancaires) comme sous-jacents pour répondre à la demande de l’ERPB.

Chaque système de paiement de la zone SEPA est impliqué dans le projet. En France, c’est la STET qui y travaille. Elle devra donc prendre en compte les nouveaux messages de demande de virements (qui respecteront la norme ISO 20022 « UNIFI »), et faire le nécessaire pour délivrer les messages aux banques françaises en temps réel. Les différents systèmes de paiement nationaux seront interconnectés entre eux grâce au système européen Target 2 qui assurera la coordination.

La mort de la carte bancaire ?

Même si les banques n’ont pas pour obligation de proposer les instant payments à leurs clients, cette initiative politique n’a pas vraiment été bien accueillie par les acteurs monétiques puisqu’ils viennent concurrencer directement les transactions carte. Mais devant l’engouement suscité par les instant payments, du même niveau que les bitcoins, les  acteurs monétiques ont courbé l’échine et participeront même au renforcement de ces services avec des valeurs ajoutées comme le couplage avec le paiement mobile. Ainsi, il sera possible de payer avec son téléphone chez un commerçant, immédiatement, en faisant un virement de compte à compte.

Les Français sont trop attachés à leur carte bancaire pour qu’on la voie disparaître de sitôt. En tout cas pas à court, et ni à moyen terme. Mais, il est fort probable, que les paiements mobiles sans contacts et les instant payments portent l’estocade à la carte bancaire. Ce n’est qu’une question de temps. À moins d’un renouveau de la carte bancaire…

Quand pourrons-nous en profiter ?

Après quelques expérimentations en ce début d’année, les instant payments devraient faire leur apparition en Europe en novembre 2017.

S’il est difficile de pronostiquer le vainqueur entre le paiement carte et le virement, il y a fort à parier que les acteurs monétiques ne vont pas rester sans réponse et proposer des solutions encore et toujours plus innovantes. Pour notre plus grand bonheur.

One Reply to “Instant Payments”

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article, qui est clair et précis 🙂

    J’ai noté une erreur dans les termes utilisés à la fin du paragraphe des caractéristiques : « Ils constituent donc une prochaine étape de l’harmonisation des paiements, qui a déjà vu l’apparition du SEPA Credit Transfer, et du SEPA Debit Transfer dans la zone SEPA, il y a quelques années déjà. »
    On parle de SEPA Credit Transfer et SEPA Direct Débits.

    Bien cordialement,

    Kamel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*