La fin du dual Message ?

Cette idée d’article m’est venue en vacances. Pour éviter de payer de frais de change à chaque opération dans un pays dont la devise n’est pas l’euro, je me suis laissé tenter par une nouvelle banque (N26 pour ne pas la citer). Contrairement aux banques françaises, la transaction apparaît ici immédiatement sur le compte. Même si ce n’est pas la panacée comme nous allons le voir, j’ai trouvé ça très pratique, à tel point que je me suis interrogé sur la survie du système franco-français (le Dual Message). Je vous fais donc part de mes réflexions, mais n’hésitez surtout pas à y ajouter les vôtres dans les commentaires !

Petit rappel sur le Single Message et le Dual Message

En France, votre compte est débité quelques jours après avoir réalisé la transaction. Cela s’explique par le choix originel français pour le système Dual Message. En effet, lors de l’opération, il y a une demande d’autorisation ; qu’elle soit online ou non. Cette autorisation indique au point d’acceptation s’il doit accepter ou refuser la transaction. Le résultat de l’opération, stockée dans la mémoire du système d’acceptation, est envoyée ultérieurement à l’acquéreur. Il s’agit de la télécollecte. Cette dernière déclenchera la compensation interbancaire puis le crédit du compte du commerçant et enfin le débit de votre compte. Selon le moment où la télecollecte et la prochaine vacation de la compensation sont effectuées, il s’écoule quelques jours (souvent 2).

À l’étranger, les banques ont plutôt opté pour le Single Message. Lors de l’opération, il y a une demande d’autorisation online. Dit autrement, le serveur d’autorisation de votre banque émetteur est contacté. La réponse indique au point d’acceptation s’il doit accepter ou refuser la transaction. Dans la foulée, le compte du commerçant est crédité et votre compte débité.

Pourquoi 2 systèmes différents ?

L’adoption du Dual Message est historique et a été faite à une époque où les banques misaient sur la sécurité de la puce et pour des raisons de coûts de télécom. En effet, dans ce système, la puce a le pouvoir de décider du sort à donner à la transaction ; ce qui réduit le nombre d’appel à la banque (en moyenne 75% d’appel en moins).

Il n’est pas facile, au premier abord, de dire quel est le meilleur système ; chacun ayant son lot d’avantages et d’inconvénients.

Particularité du Single Message : débit du compte porteur en temps réel (qui peut être un avantage ou inconvénient selon ce que vous recherchez), crédit immédiat du commerçant, autorisation on-line systématique (lenteur de la transaction).

Particularité du Dual Message : autorisation on-line non systématique (donc souvent plus rapide), débit du compte porteur quelques jours plus tard, crédit commerçant différé (donc trou de trésorerie).

Ces dernières années, les coûts des télécoms ont considérablement chuté. Et quand on voit les avantages que l’on tire du débit de votre compte en temps réel dans un monde hyperconnecté (notification du montant du débit, notification du montant de la pré-autorisation, efficacité de la mise en opposition accélérée, etc.), je me dis que finalement le Single Message est peut-être le meilleur système aujourd’hui.

Y a-t-il donc encore un intérêt à garder le Dual Message, en dehors des considérations économiques ? Peut-être un traitement plus rapide des transactions… L’enthousiasme des utilisateurs pour le Single Message fera-t-il émerger des banques une refonte de leur système ? Probablement pas pour demain, mais l’avenir nous le dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*